BIO que j’ai écrit tout seul et qui veut pas dire grand chose:

En général, quand on demande aux gens ce qu’ils pensent de Thomas Wiesel, ils répondent « Qui? » ou alors vous êtes tombés sur un membre de sa famille, et dans ce cas là ils répondent que « c’était un garçon si gentil et que c’est un gâchis qu’il finisse par débiter de telles horreurs sur scène et sur les ondes ». Mais bon, la moitié de ma famille est fribourgeoise et l’autre moitié roumaine, donc faites leur confiance à vos risques et périls (oui je passe à la première personne, je vais pas faire semblant plus longtemps qu’il y a quelqu’un d’autre que moi qui écrit ma biographie).

En 2011, au moment de faire mon entrée dans le monde professionnel, je découvre un peu par hasard qu’il est possible de raconter des blagues et de gagner de l’argent. Depuis je parcours l’actualité et ce qui m’entoure à la recherche de sujets drôles ou moins drôles et je fais des blagues dessus. Parfois, même que ça marche bien, et je suis étonné.

Mon rêve, c’est de devenir tellement riche que je peux m’acheter une équipe de basket et y aura que moi qui aura le droit de marquer. Oui, dans mes rêves, je suis grand et noir, mais j’aime pas trop en parler.

Si cette biographie d’une excellente qualité vous a convaincu et que vous souhaitez m’engager pour un évènement quelconque, vous pouvez me contacter moi ou mon agent (ouais ça fait sérieux), mais c’est pas sûr que je puisse parce que je suis super occupé depuis que j’ai découvert qu’on pouvait faire des quiz de culture générale sur internet.

PS. J’ai joué un cochon gourmand dans Les 33 petits cochons en 1993. Ca n’a rien à voir avec le reste mais ça me paraissait important.

 

Bio semi-sérieuse à usage des théâtres

Thomas Wiesel a réussi à se faire une place dans le paysage humoristique suisse romand. Derrière ses faux-semblants de premier de classe, il débite avec un style authentique et minimaliste ses punchlines ciselées, n’épargnant personne, et surtout pas lui-même.
Depuis ses débuts en 2011, il parcourt les scènes de Suisse Romande et de francophonie, des théâtres aux festivals d’humour en passant par les repas de soutien de clubs sportifs. Il a également distillé des chroniques d’humour pour La Première, LFM, One FM, L’Hebdo et le Temps.
Dès 2014, il multiplie les allers-retours vers Paris, où il a notamment participé à la 8ème saison du Jamel Comedy Club sur Canal+, à l’émission Quotidien présentée par Yann Barthès, ou encore à La Bande Originale avec Nagui sur France Inter. Il s’est également produit au Québec, à Londres, en Afrique du Sud ou en Belgique.
En 2018, entouré de la nouvelle génération d’humoristes romands, il décortique l’actualité dans Mauvaise Langue sur RTS1, premier Late Show en Suisse Romande qu’il anime avec son complice Blaise Bersinger.

En 2019, il lance « Ça va. », spectacle dans lequel il s’attaque à sa nouvelle cible : lui-même. Il se livre, se raconte, se plaint, beaucoup, se moque, et surtout tient à vous rassurer : Ça va, promis.